vanschklift.comRandom sausages!

Catégorie "Bouquins"

La technique de Cailliau !

Je viens d'apprendre l'existence du bouquin d'Antoine Cailliau sur Dotclear 2. Je viens de le commander sur amazon, histoire d'avoir un objet physique en rapport avec le projet qui me prend pas mal de mon temps depuis quelques années.

Félicitations à l'auteur pour le bouquin, ça fait toujours plaisir de voir que ce que l'on fait peut servir.

gratos

je viens de terminer le bouquin "Gratuit ! du déploiement de l'économie numérique" d'Olivier Bomsel. Une très bonne analyse, avec une approche de type système (je n'y connais rien en économie, ce n'est probablement le bon terme) qui décrit le fait que finalement rien n'est gratuit, mais les services gratuits sur internet sont la plupart du temps financés par d'autres choses.

Points intéressants :

  • Le point clé est la description des effets de réseaux qui lorsqu'ils sont bien maîtrisés permettent d'atteindre une masse critique d'utilisateurs. Certains modèles, notamment le modèle de Rohlffs permet de déterminer l'ensemble des paramètres. L'utilisateur va acheter un bien si et seulement si la valeur qu'il lui accorde est supérieure au prix. Le cas limite (égalité) correspond à ce qu'on appelle le consentement à payer.

Le bouquin fournit des illustrations nombreuses et très détaillées sur tous ces mécanismes, par exemple dans le domaine du GSM ou des fournisseurs d'accès à internet.

Plusieurs problèmes :

  • je n'ai pas trop aimé le mélange des genres, entre l'analyse des problèmes, et les jugements de valeurs, forcément beaucoup moins scientifiques, notamment sur les DRM, sur la société et sur la position de l'état dans le jeu économique (je suis probablement trop un vil gauchiste, mais même sans cela, on sent que l'argumentaire est un peu biaisé)
  • La position de l'auteur sur les DRM est claire, ils sont nécessaires au respect de la propriété intellectuelle, il faut empêcher le vol de cette propriété, etc. Ce sont les fournisseurs (d'accès, de matériel) qui profitent de l'essor du P2P et ne reversent rien à l'industrie du contenu (cf cet article chez neteco). Or la tendance actuelle, au moins dans le domaine musical est à la suppression des DRM (itunes, autres), les industriels du contenu ont compris que s'ils veulent que les clients continuent de consommer, il ne faut pas leur faire perdre le contrôle sur leurs propriétés à eux (l'ordinateur, la télé, le baladeur, les fichiers musicaux déjà payés) Le souci est aussi que les DRM sont là pour assurer soit disant les revenus des producteurs de contenus, sachant que certains producteurs de contenus font le pari du 0 DRM, il y a forcément pour eux une autre source de revenus qui n'est pas étudiée ici.
  • Le gratuit servirait toujours d'appât, pour la création de marchés, etc. Quid de l'open source ? Quid des projets qui ne sont pas dirigés par des industriels ? Quid de la production de contenus libres, des creative commons ? Les organismes à but non lucratif peuvent avoir une production, et celle-ci est non négligeable (firefox, linux ??) Est-ce des dangers pour ces modèles économiques basés sur la propriété ? Le modèle démontré ne gère pas ce cas. Est-ce que la culture est simplement un produit de consommation ? Les DRM sont-ils opposés à la protection de la vie privée ?
  • globalisation et croissance semblent être les maîtres mots des modèles économiques illustrés dans ce bouquin. Un peu risqué non ? le pétrole est illimité aussi, c'est bien cela ? qui de la décroissance ? de la glocalisation ?
  • Toujours dans les thèses de l'auteur, on retrouve le fait que le P2P serait un grand frein à la diversité des contenus (et donc la diversité culturelle), étant donné que les producteurs de contenus seraient "volés", et que le P2P renforcerait les effets de mode (les fichiers téléchargés le seraient de plus en plus). C'est étonnant mais cet argument va dans une direction totalement contraire à celle de longue traine...
  • Enfin il semblerait que l'auteur ne soit pas tout à fait objectif sachant qu'il est lui même producteur de contenus audiovisuels, cf cet article chez numerama, et membre de la commission Olivennes...

En conclusion:

Un bouquin intéressant notamment sur les mécanismes économiques des effets de réseaux, mais ne pas tout prendre pour argent comptant :)